Une bière égale un steak…

…  nous le savions déjà. Mais une étude scientifique récente tendrait à prouver que deux pintes rendraient plus intelligent.

Le mode opératoire est très simple. On prend 40 personnes. On leur pose des devinettes du genre « trouver un quatrième mot qui va avec Suisse, maisonnette et bleu ». « Fromage » étant un candidat  parfaitement valable. Ainsi que « cadavre enterré » bien que l’article n’en fasse pas mention. Puis, on divise le groupe en deux : 20 personnes boivent deux pintes, les 20 autres servant de groupe témoin. On mesure la quantité de bonnes réponses, et la vitesse à laquelle ces dernières sont données.

Les résultats sont exceptionnels. Le groupe ethylisé a résolu 40% de problème de plus que le groupe sobre. Le premier groupe a aussi répondu plus vite : en 12 secondes en moyenne contre 15.5 secondes pour le second.

... ou polytechnicien.

Mon esprit qui, même sans mon Brandy, synthétise les idées plus vite que votre lumière, est déjà parvenu à la conclusion suivante : Si vous ne rigolez pas quand je subtilise la chaise sous la mariée quand elle s’assied, ce n’est pas l’alcool qui me rend idiot, c’est votre sobriété qui vous empêche de saisir la finesse de mon humour.

J’admire le courage de l’auteur de l’article de nydailynews.com à ce propos :

« It may also help explain why raving drunks like Ernest Hemingway, John Cheever or Charles Bukowski were able to write their books. »

Que je traduis:

« Cela aiderait à expliquer pourquoi les poivrots invétérés qu’étaient Ernest Hemigway, John Cleever ou Charles Bukowski étaient capables d’écrire leurs livres. »
Merci de donner une excuse à l’auto-suffisance de chaque soûlard que je pourrai croiser rue Jean-Pierre Timbaud.

Alertez vos proches !

  • Twitter
  • Facebook
  • Google Plus
  • Pinterest
  • Email
Ce contenu a été publié dans Les pensées de Morinv par Morinv. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Morinv

Le mystérieux incendie des archives municipales de Longueil-sainte-Marie (Oise) en 1942 nous cache les origines de Morinv. Cela ne l'empêche cependant pas d'étudier la littérature, les sciences sociales, la philosophie, dans un cursus pluridisciplinaire à la Sorbonne dans les années 50. S'en suit une période pendant laquelle il voyage beaucoup, et il s'avère très difficile de suivre sa piste. Il laissera quelques traces dans l'histoire locale de plusieurs pays d'Amérique du Sud et d'Asie. On entend ça et là qu'il est membre tantôt des francs-maçons, des illuminatis, de l'ordre du temple solaire, parfois même qu'il serait le père biologique et spirituel de Raël. Mais aucune information ne filtre réellement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

*